COLLOQUE ANNULÉ : Espaces du blanc : concepts et pratiques Colloque international

Organisateurs : Hélène Campaignolle-Catel, Marianne Simon-Oikawa

Programme : Projets Thalim-Centre de l’Écriture et de l’Image

INHA salle Chastel (public en distanciel, sur inscription)
6 rue des Petits Champs, 75002 Paris

Le blanc est un concept majeur dans la réflexion sur les relations entre écriture et figure. Il renvoie, sans s’y réduire, au support sur lequel s’inscrivent le texte et l’image dans l’espace du livre, de l’estampe, de la peinture, de la paroi ou du mur.

Souvent théorisé en Occident comme un vide, un manque qui s’oppose à la matérialité de la figure ou du signe écrit, il est pourtant susceptible d’assumer un rôle énonciatif, sémantique et plastique dont les artistes et les écrivains se sont souvent emparés, et qui reste à interroger. Lien constitutif entre les figures et les graphismes, séparateur syntaxique – pause rythmique ou segmentation logique –, il couvre une surface de lisibilité qui autorise, voire sollicite, la participation active du lecteur/spectateur.

C’est à ce titre qu’il occupe une place majeure dans la réflexion d’Anne-Marie Christin, dont l’œuvre convoque avec force les notions d’« intervalle » et de « réserve ». Mais bien d’autres auteurs ont approché la notion de blanc selon des orientations épistémologiques différentes (citons ici François Cheng, Louis Marin, Jacques Derrida, Jean-François Lyotard) et à l’aide de concepts variés tels que souffle, espacement, virtualité, résistance.

Prolongeant le colloque Écritures V. Systèmes d’écriture, imaginaire lettré (2015), ce colloque se donne pour but d’explorer la richesse conceptuelle de la notion de blanc, et la multiplicité des enjeux qu’elle ouvre dans l’étude des formes mixtes associant figure et support. Plus qu’à ses usages culturels et à ses codes symboliques comme couleur, on s’intéressera ici au blanc comme espace et forme à interpréter. Le vocabulaire du blanc (comparaisons linguistiques et constructions culturelles), les théories esthétiques et sémiotiques du blanc, le rapport vide / plein dans la création, les fonctions et les usages du blanc dans les systèmes d’écriture, sont quelques-unes des pistes qui, sans exclusive, pourront être abordées.

Fidèle à la perspective du CEEI, le colloque accueillera des communications portant sur des périodes, des cultures et des aires géographiques variées.

En savoir plus

Actualités